Près de la moitié des Belges trouvent les politiciens corrompus et incapables

Près de la moitié des Belges trouvent les politiciens corrompus et incapables

BRUXELLES – De nombreux Belges pensent que les politiciens sont corrompus, incapables et ne se soucient absolument pas de la société. Telle est la conclusion d’une nouvelle étude réalisée par des politologues de cinq universités belges, dont De Morgen a fait constat.

Il est vrai que de nombreux scandales ont éclaboussés durablement la classe politique ces derniers temps et plus particulièrement le parti socialiste. Pour les Belges, l’affaire Publifin, et le scandale du Samusocial sont encore frais dans les mémoires.

Juste après les élections de mai dernier, des politologues de cinq universités belges (UA, KU Leuven, VUB, UC Louvain et ULB) ont demandé aux Flamands, aux Wallons et au Bruxellois quel regard ils avaient sur le système politique. Au total, 3 902 Belges ont rempli le questionnaire.

Près de la moitié des répondants (48,7%) trouvent les politiciens corrompus. Un peu moins de 60% pensent que les politiciens ne comprennent pas ce qui se passe dans la société. Et 62,8% pensent que de nombreux politiciens sont au service depuis trop longtemps. Seul un quart des Belges pense que la plupart des politiciens sont moyennement ou totalement compétents et à peine 16% d’eux pensent qu’ils essaient de tenir leurs promesses. Plus de 44% des personnes interrogées pensent qu’aucun parti ou politicien ne représente correctement leurs intérêts.

La seule chose positive dans toute l’étude: le Belge conserve sa croyance en la démocratie représentative en tant que telle. Une large majorité (82,9%) déclare croire aux élections tous les deux ou trois ans pour nommer des élus et au fait que des coalitions doivent être formées pour obtenir un gouvernement (64%).

Les sentiments négatifs sont en partie inhérents à une démocratie, mais les chercheurs eux-mêmes ont été surpris par les résultats, disent les politologues Karen Celis (VUB) et Jean-Benoit Pilet (ULB). «Nous avons été très surpris par le fait que la nuance se situe entre négatif et très négatif. Nous savons que la politique, tout comme l’économie, a une dimension psychologique importante. Les intérêts des citoyens peuvent être correctement représentés objectivement, mais ils ne peuvent pas se sentir bien représentés. Mais le fait que les citoyens regardent si négativement les acteurs du jeu, les partis politiques et les politiciens, c’était aussi nouveau pour nous. “

Source : Belga

Plus d’actualité : Politique


BOZAR - Concert de Gala
Concert de Gala