LA MONNAIE : LES CONTES D’HOFFMANN de Jacques Offenbach

LA MONNAIE : LES CONTES D’HOFFMANN de Jacques Offenbach

“Hâtez-vous de monter mon opéra. Il ne me reste plus longtemps à vivre et mon seul désir est d’assister à la première.”
  – Jacques Offenbach 

 LA MONNAIE – À deux reprises la Monnaie s’est distinguée avec des productions des Contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach : en 1961, grâce à une mise en scène de Maurice Béjart, et en 1985 sous la direction musicale de Sylvain Cambreling. C’est dans la lignée de cet héritage artistique ambitieux que nous souhaitons inscrire notre nouvelle production d’une œuvre aux nombreux défis, à la fois musicaux et dramaturgiques. 
 
Le musicologue et chef d’orchestre français Jean-Christophe Keck, comptant parmi les plus grands spécialistes de Jacques Offenbach, travaille depuis 2010 à l’élaboration d’une version définitive de l’opéra suite à sa découverte de la partition d’orchestre autographe des deux premiers actes (le prologue et l’acte d’Olympia) en collaboration avec la famille du compositeur. Il s’agit de l’édition sélectionnée par notre directeur musical Alain Altinoglu pour cette nouvelle production. 
 

Le metteur en scène polonais Krzysztof Warlikowski compte parmi les chefs de file du théâtre européen, admiré pour sa recherche psychologique ainsi que pour le non-conformisme de sa dramaturgie et de son esthétique. Il revient dans le Théâtre qui a joué un rôle-clé dans sa carrière lyrique où il a précédemment mis en scène MédéeMacbeth 
(« Meilleure production d’opéra 2009 », Opernwelt), LuluDon Giovanni et De la maison des morts (Meilleure nouvelle production aux International Opera Awards 2019). On peut s’attendre à des Contes d’Hoffmann très originaux dans une lecture dramaturgique qui s’intéressera en particulier à la figure de la « femme segmentée ». 
 
Les ténors Eric Cutler et Enea Scala se partageront le rôle-titre du poète. L’Américain 
Eric Cutler est considéré comme l’un des grands interprètes du répertoire héroïque, ce qu’il a pu démontrer sur la scène de la Monnaie avec ses performances dans le Roi Roger (Szymanowski), Les Huguenots (Meyerbeer), Daphne (Strauss) et dans Lohengrin 
(Wagner). Après ses débuts à Bologne, le ténor italien Enea Scala se spécialise dans les rôles belcantistes de Rossini et Donizetti. Le public de la Monnaie le connaît pour sa participation à la version de concert de Tancredi (Rossini) en 2017. Il fera cependant ses premiers pas sur la scène de notre Théâtre avec cette production. 

Les quatre rôles des idylles d’Hoffmann (Stella comprise) requièrent de nombreuses qualités et les interpréter toutes constitue l’un des plus grands défis du répertoire ; un défi relevé conjointement par Nicole Chevalier et Patricia Petibon qui chanteront chacune les quatre rôles. Déjà connue à la Monnaie pour ses interprétations de la seconde fille dans 
Au monde (Boesmans) en 2014 et de Blanche de la Force dans Dialogues de Carmélites 
(Poulenc) en 2018, la Française Patricia Petibon maîtrise un répertoire qui s’étend du baroque à la musique contemporaine. Avec cette production, la soprano américaine 
Nicole Chevalier fera ses débuts à la Monnaie ; membre établie du Komische Oper Berlin, elle est également connue pour la variété de son répertoire, notamment dans rôles titres de Susannah (Floyd), Maria Stuarda et Lucia di Lammermoor (Donizetti).
 
Pour les rôles du Conseiller Lindorf, de Coppélius, du docteur Miracle et du Capitaine Dapertutto, nous aurons le plaisir d’accueillir une nouvelle fois à la Monnaie – après Lohengrin et Die Zauberflöte en 2018 – la basse hongroise Gábor Bretz.
 
C’est Michèle Losier qui chantera le double rôle de Nicklausse et de La Muse.
Connue à la Monnaie pour ses interprétations de Sesto dans La clemenza di Tito (Mozart) et du rôle-titre dans Béatrice et Bénédict (Berlioz), la mezzo-soprano canadienne s’est distinguée au niveau international avec les rôles du Prince (Cendrillon, Massenet), de Médée (Charpentier), de Dorabella (Così fan tutte, Mozart), de Siébel (Faust, Gounod) et de Charlotte (Werther, Massenet). Plus tard, au cours de la saison 2019-20, elle fera ses débuts dans le rôle d’Octavian (Der Rosenkavalier, Strauss) à la Monnaie. 
 
Pour ses débuts à la Monnaie, Loïc Félix chantera les rôles de FrantzAndrèsCochenille et Pittichinaccio. Ce ténor d’origine guyanaise est un habitué de la scène lyrique européenne, spécialisé aussi dans le répertoire de l’opérette. Parmi ses projets récents et à venir, citons Falstaff (Verdi) à l’Opéra de Lille ainsi que Turandot (Puccini) et Die Zauberflöte (Mozart) à Marseille. 
 
Collaborateur fréquent de Krzysztof Warlikowski, Sir Willard White interprétera 
Luther et Crespel. À la Monnaie, il a incarné plusieurs fois Ivan Khovanski
(La Khovanchtchina, Moussorgski) et Vodník (Rusalka, Dvořák) mais aussi Il Commandatore (Don Giovanni, Mozart) et Goryantchikov (De la maison des morts, Janáček). 
 
De retour à la Monnaie, le ténor suisse François Piolino chantera les rôles de Spalanzani et Nathanaël, la mezzo-soprano française Sylvie Brunet-Grupposo 
sera La voix de la tombe et le baryton français Yoann Dubruque interprétera 
Herrmann et Schlémil. Enfin, deux ténors du Chœur de la Monnaie interprèteront les rôles des étudiants Wolfram et Wilhelm : Alejandro Fonte et Lee Byoungjin

JACQUES OFFENBACH

Direction musicale ALAIN ALTINOGLU
Mise en scène KRZYSZTOF WARLIKOWSKI  

NOUVELLE PRODUCTION 

Première 10 décembre 2019 19:00
14, 17, 19, 20 & 27 décembre 2019 19:00
22 & 29 décembre 2019 15:00
31 décembre 2019 18:00
02 janvier 2020 19:00

Votre site n’a aucun Étiquettes, donc il n’y a rien à afficher pour le moment.

Laisser un commentaire